Magasin "Les Choses chouettes" : des jouets durables, des jeux créatifs, des couches lavables... et plein d'autres projets !

Situé dans le centre de Genappe, mais juste à proximité de la N5, le magasin "Les Choses chouettes" proposent tout un ensemble de jeux et jouets, durables et créatifs, et tous les conseils qu'on peut trouver dans un magasin de proximité, tenu par une passionnée des jeux.

Mais plus encore, c'est tout un ensemble d'accessoires et de services pour vos enfants que vous allez trouver aux "Choses chouettes", dont la location de "couches lavables" : des couches plus écologiques, plus économiques et beaucoup plus saines ! 

Sabine, qui gère "Les Choses chouettes" et qui porte ce projet de couches lavables, nous en parle... 

Qu'est-ce que sont les « couches lavables » ?

Quand on réfléchit un peu, on se rend compte qu’on utilise des couches jetables depuis … même pas un siècle ! C’est depuis les années ’50, je crois. Et ça représente une pollution énorme. Pour un enfant, entre 0 et 3 ans, c’est environ une tonne et demi de déchets, non recyclables, non biodégradables, qui partent à la poubelle.

Pourtant les systèmes qu’on utilisait avant n’ont pas été abandonnés, il s’agissait de langes qu’on lavait. Ca existe toujours comme dans le temps, c’est-à-dire un carré de tissu, qu’on plie, et autour duquel on met une culotte imperméable. Ca fonctionne d’ailleurs très bien. On peut adapter les pliages aux différentes tailles, c'est très bon marché et ça sèche vite.

Mais il y a eu beaucoup d’innovations, et pour les gens qui recherchent des choses plus directes à mettre, il y a des « couches lavables », avec différents systèmes : soit des couches absorbantes, autour desquelles on met une culotte, soit des systèmes « tout-en-un » qui se mettent comme un Pampers. On met tout en même temps, on enlève tout en même temps, et on lave tout d’un coup. Ca revient plus cher, mais ça peut être pratique. Ou encore des hybrides, où on fixe une épaisseur absorbante dans une culotte, par exemple.

Dans tous les cas, on place une feuille (généralement en cellulose) dedans, qui recueille les selles et qu'on peut jeter dans le wc. Et la couche, elle part d'abord dans un seau ou un sac étanche, et puis à la machine quand il y en a assez. La plupart peuvent même passer au séchoir électrique. 

Et concrètement, lorsque l’enfant grandit ? 

Donc, il y a d’une part, les couches « à tailles » (S, M, L et même XL – ça dépend des marques), et d’autre part, les couches ajustables (qu'on appelle "TU" – Taille unique), réglables avec un système de pression ou de scratch. Mais en général ça ne convient pas pour les tout-petits. Si tu mets une couche qui va à un enfant de 2 ans, à un nouveau-né, ça lui fait un popotin gigantesque ! Et donc, ça ne fonctionne pas bien…

C’est la raison pour laquelle je propose des locations, pour celles et ceux qui voudraient des couches pour les tout-petits, qui ne seraient donc utilisées que 2 ou 3 mois. De ce fait, ils ne sont pas obligés d’investir dans des couches juste pour les premiers mois de leur enfant. 

C’est un pack d’une vingtaine de couches, qui vaut 360€, et je le loue 60€ le premier mois, puis 50€ les 2, 3 et 4ème mois. Et ça peut encore être plus dégressif s’ils souhaitent les garder plus longtemps. Au final, pour les 3 mois où ils ont besoin de telles couches pour les tout-petits, les parents ne devront payer que 160€… 

Ok, et après le 3ème mois, ils passent alors à des couches de plus grande taille…

Oui, plus ou moins, ça dépend un peu des bébés. Et là, aussi ils peuvent louer. Je suis vraiment partisane du « service », plutôt que de la « possession ». Et puis, je loue aussi des « culottes d’apprentissage ». Enfin, je loue tout ce qu’on veut (ou presque) ! Je pense d’ailleurs à la location de certains jeux pour bébés – les portiques par exemple. Parce que si on veut quelque chose de qualité, ça coûte 60€, alors qu’on va l'utiliser 2 mois… Ca n’a pas beaucoup de sens. 

Des couches lavables, ça coûte donc moins cher que des couches jetables classiques ? 

Oui, je parlais du pack à 360€, mais ce n’est pas le moins cher, il y a des formules plus économiques, comme les tetras, les langes en tissu traditionnels, ou les langes à nouer. Moi, j’ai toujours fonctionné avec ça quand mes enfants étaient tout petits. 

Avec ce genre de couches, on peut s’en sortir avec un budget de 300 à 400 € par enfant (donc de 0 à 2 et demi). Si on choisit des couches préformées, cela peut monter jusque 600 €. Et si on compte avoir plusieurs enfants, pour le deuxième, ça ne coûte plus que le prix des lessives. Alors que le budget des couches jetables classiques est plus ou moins de 1500 € , pour un enfant ! 

Et si vous les achetez les couches d’occasion, c’est encore moins cher évidemment.

On voit bien l’intérêt écologique des couches lavables, ainsi que l’aspect économique, mais peux-tu nous en dire plus sur l’aspect « santé » ? 

Dans toutes les couches jetables – et même dans certaines qui sont « écologiques » -, si les enfants restent au sec, ce n’est pas parce que la cellulose absorbe ; c’est parce qu’il y a des produits chimiques qui absorbent et donnent cet effet « peau sèche », notamment le polyacrylate de sodium, pour ne citer que celui-là. D’ailleurs, les langes classiques, il ne faut pas laisser les enfants jouer avec, parce que s’ils les percent et qu’ils respirent ce qu’il y a à l’intérieur, c’est vraiment très mauvais. C'est d'ailleurs à l'origine d'allergies chez certains enfants.

Pour les parents, quelles sont les contraintes lorsqu’on passe aux couches lavables ? 

Au niveau des vêtements, certaines couches lavables prennent plus de place, il faut donc adapter un peu à ce niveau-là. Mais ça dépend des marques. 

Au niveau des lessives, c’est 2 ou 3 lessives en plus. Si on fait la lessive tous les 2 jours, il faut idéalement une vingtaine de couches, c’est-à-dire ce qui compose les packs qu’on vend et qu’on loue. Si on ne fait qu’une lessive tous les 3 jours, il faut plutôt une trentaine de couches.

Et idéalement, il faut que les deux parents soient d’accord d’utiliser de telles couches, sinon c’est compliqué. C’est une organisation familiale. 

Comment arriver à faire mieux connaître ces couches lavables ? 

Moi, je trouve que ces couches sont vraiment un produit d’avenir, ce n’est pas du tout rétrograde. 

Je prévois d’organiser des séances d’information sur ces couches lavables. Pour l’instant, j’informe les gens lorsqu’ils viennent au magasin. Je prends le temps, avec eux, pour leur montrer les différentes possibilités. 

Merci pour toutes ces informations sur les couches lavables ! Si on parlait maintenant un peu du magasin « Les Choses chouettes » ? 

Donc, les couches lavables, c’est vraiment mon projet. Le magasin, ce n’est pas moi qui l’ai créé, je suis en train de le reprendre. Le « plus » de ce genre de magasin, c’est vraiment les conseils. On prend le temps de tester les jouets, et puis de conseiller les personnes qui viennent. 

C’est un magasin qui vend des jeux en bois. Et plus globalement des jeux de qualité. Des jeux et des jouets qui sont durables. 

Ma volonté, c’est d’être le plus écologique possible, mais comme on est le seul magasin de jouets sur Genappe, j’essaie d’être le plus général possible, pour tout le monde, tous les âges et tous les budgets. 

On a des livres aussi. Donc, une librairie jeunesse. Pour les tout-petits, mais j’essaie aussi d’avoir des livres pour les plus grands : 12, 13 ans… 

Et puis, j’ai plein d’autres projets…

Comme lesquels ? 

J’aimerais avoir des petits instruments de musique, des « vrais » instruments. Je n’aime pas trop les jouets-instruments, je préfère les vrais instruments adaptés aux plus petits. 

Par exemple, des petits instruments à percussion, des flûtes à bec, des harmonicas, des instruments que les enfants peuvent explorer tout seuls. Des jeux de clochettes aussi. Et puis, on m’a commandé un Boomophone : des tubes en plastique avec lesquels on peut jouer tous ensemble en les frappant sur le sol, ou alors on les met dans un étui, et on peut les utiliser comme un xylophone. 

 

Et puis, j’ai le projet aussi d’avoir plus de CD’s. Et j’aimerais développer le matériel pédagogique, d’inspiration Montessori. J’ai suivi la formation, c’est quelque chose qui m’intéresse beaucoup !

J’aime aussi beaucoup tout le travail de la laine feutrée. On a déjà fait des ateliers là-dessus, mais on va en refaire, parce que je sais qu’il y a de la demande. 

Dans la même optique, j’aimerais faire des ateliers pour créer des poupées Waldorf.

Et quel est ton parcours, comment en es-tu arrivée à reprendre ce magasin de jouets ? 

Et bien, j’ai pris une pause carrière avec la naissance de mon deuxième enfant. Et j’aime vraiment bien être impliquée dans la vie locale, ce que je faisais déjà en m’impliquant dans différentes associations. Et avec un magasin, on participe vraiment à la vie locale, on rencontre beaucoup de monde !

Un jour, je suis venue au magasin, et j’ai appris qu’ils cherchaient quelqu’un pour le reprendre. D’abord, je me suis dit que ce n’était pas pour moi, que j’avais déjà un boulot. Et puis, j’ai réfléchi un peu, et je me suis dit « pourquoi pas ? » Ca m’intéresse vraiment très fort, et j’adore les jeux ! 

Et j’aime beaucoup promouvoir les couches lavables ! Ca me passionne vraiment ! 

C’est chouette, parce qu’on a des clients qui viennent de Waterloo, de Lasne, de Frasnes, de Nivelles, etc. Le magasin, est très facile d’accès via la N5 (derrière le Colruyt). Et au niveau des couches lavables, il y a tellement peu de magasins qui en proposent, avec les conseils, que les gens viennent même de Bruxelles.

Et donc, on peut payer en Talents aux « Choses chouettes » ? 

Oui, tout à fait ! Je crois beaucoup au fait qu’une monnaie locale puisse contribuer à relocaliser une économie. 

Maintenant, il faudrait aussi que je puisse avoir des fournisseurs locaux, que je puisse payer en Talents. Pour l’instant, c’est compliqué, mais ça viendra peut-être. Si je peux avoir des choses qui sont écologiques et durables, j’essaie. Si je peux avoir des producteurs locaux, j’essaie aussi !

J’ai déjà des productions qui viennent de l’ « Atelier de la costumière », à Genappe. Donc, voilà, je suis tout à fait prête à vendre de la production locale, du moment que ça concerne les enfants. Même un peu de vêtements pour enfants, si c’est produit localement. 

Merci !!

Adresse du magasin : Rue de Bruxelles, 60/3. 1470 Genappe - 067 / 49 . 19 . 72

Mail : sabine@magasindejouets.be

Site web : http://magasindejouets.com/page/homepage

Page Facecook : https://www.facebook.com/leschoseschouettesdegenappe