Suite à la projection du film « Autrement (avec des légumes) », co-organisé avec Nature et Progrès, et le réseau des GASAP, nous sommes plusieurs à vouloir créer un GASAP sur Genappe…

Qu’est-ce qu’un GASAP ? 

C’est un Groupe d’achats solidaires de l’agriculture paysanne. C’est donc un groupe de personnes qui s’engagent pour toute une saison avec un producteur local. Le producteur s’engage à fournir des produits de qualité; et le groupe s’engage à l’avance à payer le prix juste. Cela permet donc de recréer un vrai de lien de solidarité entre les uns et les autres. C’est un réel soutien, en acte, à l’agriculture locale - en particulier à l’agriculture bio.

Nous sommes soutenus dans cette démarche par le réseau des GASAP, qui peut nous guider un peu, et nous faire part des bonnes pratiques dans les GASAP déjà mis en place en Wallonie.

A Genappe...

Le GASAP de Genappe envisage de s’engager principalement avec la Ferme de la Distillerie, même si d’autres fermes pourraient venir compléter leur offre (fruits ?).

La Ferme de la Distillerie n'utilise aucun produit phytosanitaire, grâce à la rotation et aux associations de culture. Ils sont certifiés bio sur une partie de leur champ et en conversion à la ferme. Ils sont suivis par Certisys, organisme de contrôle et de certification spécialiste des produits biologiques.

Les légumes sont frais et cueillis le jour même de la commande. On peut même aller cueillir soi-même ses légumes !!

Si vous êtes intéressé.e, nous vous proposons de rencontrer Marie, de la Ferme de la Distillerie, le jeudi 6 juillet à 18h30, à la ferme (adresse : Avenue des Combattants, 175. 1470 Bousval). Cette rencontre permettra de s’organiser concrètement et de lancer ce GASAP !

Inscrivez-vous à la visite via le formulaire ci-dessous : 

Prénom & Nom *
Prénom & Nom

 

En savoir plus sur les GASAP ? Quelques extraits de la charte...

Un Groupe d’Achat Solidaire de l'Agriculture Paysanne (GASAP) c’est :

  • Une alternative à un système de production, de distribution et de consommation uniquement basé sur le
  • profit.
  • Un groupe de personnes qui se rassemble pour s'approvisionner directement chez des producteurs
  • paysans locaux.
  • Un partenariat, entre les membres de ce groupe et le(s) producteur(s) paysans, qui se formalise par un
  • contrat de solidarité, via lequel chaque consommateur achète en début de saison une part de la
  • production qui lui sera distribuée périodiquement. Les risques liés à la production sont ainsi partagés
  • entre producteurs et consommateurs.
  • Une relation directe, de confiance, humaine entre producteurs et consommateurs (circuit court).
  • Une action concrète visant à soutenir et à développer l'agriculture paysanne.
  • Un fonctionnement autogéré par les membres, en articulation avec le Réseau, qui regroupe les membres
  • des différents GASAP.
  • Un lieu de réflexion, de responsabilisation et d'éducation permanente. 

(...)

L’agriculture paysanne est une agriculture durable, qui répond à des critères d’ordre social, économique et environnemental et qui vise le maintien de la qualité gustative et sanitaire des produits. 

(...)

Aspects sociaux

  • Valorisation du patrimoine humain (savoir-faire) ;
  • Respect des conditions de travail décentes (horaires, sécurité...) ;
  • Juste et équitable rémunération de la main-d'œuvre ;
  • Développement de partenariats avec d'autres acteurs du monde rural (fromagers, acteurs culturels, gîtes ruraux...) ;
  • Solidarité avec les paysans d'Europe et du monde.

Aspects environnementaux

  • Respect de la nature, préservation de la vie du sol et des écosystèmes ;
  • Valorisation des ressources abondantes et économie des ressources rares ;
  • Renforcement de la diversité des variétés animales et végétales, de préférence indigènes ;
  • Limitation de la consommation d'énergie (mécanisation, transport, chauffage, conservation, emballage…) ;
  • Interdiction de l’emploi d’intrants agricoles chimiques (pesticides et engrais).

Aspects économiques

  • Offrir des produits à des prix démocratique ;
  • Limiter la dépendance vis-à-vis des institutions financières et des subsides publics ;
  • Répartition de la production pour permettre au plus grand nombre d'accéder au métier et d'en vivre, en favorisant les fermes à taille humaine ;
  • Recherche de transparence dans les actes d'achat, de production, de transformation et de vente des produits agricoles ;
  • Maximisation de l'autonomie dans le fonctionnement des fermes (production agricole en autonomie : recours à des engrais verts pour fertiliser les cultures, production locale de l'alimentation du bétail, etc.) ;
  • Raisonner toujours à long terme et de manière globale. 

Lire toute la charte...